Se former seul à la rédaction web : est-ce possible ?

Regardez ma main : elle balaye d’un revers ce fantasme que l’on peut se faire seul. Aussi vrai que nous sommes des animaux sociaux et que deux être se sont associés quelques secondes au minimum pour nous concevoir, les self maid sont des fakes. Dans un métier fait de relations, il vous sera impossible d’émerger sans les relations, et c’est encore plus vrai à l’heure des réseaux sociaux.  

Devenir rédacteur web sans suivre de formation

La formulation de ce titre va à l’encontre de toutes les pages qui vendent des formations. Se former sans suivre de formation mais en glanant tous les bons conseils que les nécessités du SEO met à notre disposition, oui, c’est possible.  En effet, Google oblige qui veut se faire référencer naturellement a créer des contenus subtilement bourrés de mots-clés. Les sites-vitrines des rédacteurs indépendants regorgent d’articles qui détaillent en long et en travers :

  1. les arcanes du métier ;
  2. la démonstration de leur agilité à manier le SEO.

Mais en dévoilent-ils tous les secrets ? Il n’y a qu’à acheter les formations pour le savoir. La curiosité est un des leviers les plus puissants du marketing.

SEO : la démonstration par la preuve

J’ai envie de dire que le classement de votre blog en référencement naturel sera la preuve que vous serez devenu un bon rédacteur SEO. C’est mon hypothèse de départ, nous sommes en décembre 2018, je débute complètement, la preuve technique apparaîtra probablement dans un an.

En effet, pour trouver des clients, en inbound marketing, il faut être visible. Pour être visible, il faut être bien référencé. Pour être bien référencé il faut des bons articles SEO. Pour faire des bons articles SEO, il faut être un bon rédacteur SEO.  Mais cette stratégie peut s’avérer chronophage : écrire plusieurs articles par semaine pour votre site en scrutant la console SEO sera long et périlleux. Vous aurez probablement besoin de rentrer de l’argent. Vous aller prioriser des petites missions sur les plateformes. Vous aller probablement tenter de prospecter sur les réseaux sociaux… Tout cela, quand on débute, prend 3 vies à temps plein. Et il faudra attendre des mois pour rencontrer un client. Un quoi ? 

Et c’est ce que font beaucoup de rédacteurs pour référencer leurs sites vitrines : ils écrivent sur leur métier et l’information devient disponible. Mais avec hélas une grande disparité de contenus et beaucoup de redite.  Il reste donc possible de se former en lisant tous ces contenus qui détaillent toutes les facettes du métier, ses subtilités techniques, etc.

En fait, apprendre par imitation est la première forme d’apprentissage que l’humain développe, avant même l’apparition du langage… Ce n’est que plus tard que l’école formate une norme d’apprentissage qui ne convient d’ailleurs pas à tout le monde. Le Web est un vivier d’entrepreneurs qui ont réussit dans la vie malgré un échec scolaire retentissant et douloureux : ils se sont formé au marketing par imitation en utilisant également leur intuition et leur créativité.

Et pendant ce temps, les rédacteurs pompaient pompaient… mais que faisaient les Gibis ? Les méthodes pour se former sont donc : 

  • les plateformes de rédaction, par l’expérience, pour se faire la main avec les briefs ;
  • les formations en rédaction web SEO, plus classique ;
  • l’instinct, le culot et de bonnes relations.

Mais avant de se jeter sur la méthode, vérifions deux ou trois petites choses…

Faire un bilan de compétence : avez-vous les qualités requises ?

Cette méthode du bilan de compétences est basée sur l’introspection et demande un minimum de travail sur soi pour être rentable. Avant de dépenser temps, énergie et espoirs dans l’auto-formation du rédacteur web, il faut vérifier que c’est bien un métier pour vous.

Les tests de personnalité

Si vous vous sentez un peu frêle et perdu, tentez quelques tests de personnalité. Ils ont l’avantage de lire entre les lignes du scénario que vous avez de vous et traquer (tel un googlebot dans vos contenus neuronaux) vos talents cachés. Nous n’avons pas tous le privilège de nous connaître par cœur.

Certains sites proposent des tests et des pistes. Il n’est pas question ici de réel bilan de compétence. Des tests plus complets et plus académiques se font chez des psychologues spécialisés, ils coûtent quelques centaines d’euros. Si vous avez des possibilités de financement, n’hésitez pas.

  • Boussole est un test de personnalité spécialement conçu pour vous aider à trouver vos talents. En 80 questions et un peu moins de 10 minutes, vous recevrez un email très encourageant sur vos talents professionnels, les atouts que vous pouvez mettre en avant.  
  • Le MBTI de 16 personnalités : en 12 minutes vous aurez une approximation précise de votre type de personnalité. Si vous êtes sceptique, vous aurez une sorte d’horoscope basé sur votre propre observation plutôt que sur votre date de naissance.

Les qualités du rédacteur web

Pour être un bon rédacteur web il faut :

  1. avoir des bases solides en écriture (orthographe, syntaxe, grammaire) ;
  2. savoir utiliser un ordinateur et taper au clavier (et être prêt à découvrir de nouveaux outils informatiques) ;
  3. aimer travailler seul ou aimer travailler en équipe, selon qu’on se dirige vers freelance ou agence ;
  4. savoir organiser son temps (pour chaque article, pour gérer plusieurs articles, pour les taches de facturation, et administratives) ;
  5. être très réceptif aux besoins des clients : écoute, compréhension, empathie ;
  6. être capable d’adapter son style aux différents types de lecteurs et aux différents types de rédaction (une fiche-produit ne se rédige pas comme un tunnel de vente) ;
  7. aimer se documenter, lire, être curieux ;
  8. aimer et savoir faire son auto-promotion et notamment sur les réseaux sociaux ;
  9. être créatif ;
  10. avoir la fibre entrepreneuriale.

Lutter contre le syndrome de l’imposteur

Si vous souhaitez vous former seul à la rédaction web SEO, votre principal ennemi sera vous-même. Rassurant ? Oui et non. Serez-vous capable de convaincre votre saboteur intérieur que vous avez réellement réussi à acquérir les compétences, sans pouvoir vous reposer sur la validation externe qu’est un diplôme ?

Pour vous aider dans ce cheminement, dites-vous bien que faire les choses et les comprendre par soi-même est de loin la méthode d’apprentissage la plus solide. N’oubliez jamais ça : vous avez expérimenté chaque palier de votre courbe d’apprentissage. Vous avez donc des bases plus solides qu’un apprenant qui sort d’une formation avec encore tout à expérimenter et assimiler avec son propre fonctionnement cognitif…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.