Rédaction web : écrire sur tout et n’importe quoi ?

Je me suis longtemps fait une fausse image des contenus sur internet. Et je ne suis pas la seule : tous les rédacteurs web doivent expliquer leur métier car il est énigmatique. Avant de faire ce métier, j’imaginais volontiers des blogueurs amateurs rivés sur leur claviers et des secrétaires et employés en charge du contenu du site en ligne de leur entreprise. Je voyais la rédaction de textes pour les blogs et les sites comme une activité où chacun s’improvisait concepteur-rédacteur.

La rédaction web est pourtant un vrai métier

Or, la rédaction pour le web est un véritable métier. Il existe depuis 15 ou 20 ans. Des illuminés ont flairé la manne depuis le début et proposé des formations. Mais ça n’est que très récemment qu’a été crée la première formation universitaire pour devenir rédacteur web

Pour payer un rédacteur web, il faut de l’argent. Les clients des rédacteurs web sont des e-commerçants, des blogueurs qui monétisent leurs sites, des webmasters, nombre de e-commerces, des agences, des institutions des grandes entreprises et des commerces qui prennent le tournant du numérique en travaillant leur présence en ligne.

Les rédacteurs web sont souvent payés, surtout au début, en dessous du SMIC, poussés par les plateformes de rédaction et la concurrence des rédacteurs délocalisés (qui peuvent proposer des tarifs plus bas en raison d’un plus bas coût de vie chez eux). Le seul moyen de progresser reste la prospection directe et, comme partout ailleurs, un bon carnet d’adresses.

Les rédacteurs web freelance sont d’abord des entrepreneurs qui doivent vendre leurs services et leurs qualifications. Faites leurs confiance sur leur capacité marketing.

Les rédacteurs qui restent dans le métier sont ceux qui parviennent à proposer des prix acceptables et des contenus spécialisés, dont les qualifications SEO permettent de monnayer leur savoir-faire.

La rédactrice web n’est pas une secrétaire 2.0

Les nombreux freelances qui exercent la profession de rédacteur web sont en majorité des femmes. Et bien que les rédactrices web travaillent à leur compte, souvent en micro-entreprise, les relations avec les clients (qui sont souvent des hommes) sont souvent compliquées : difficile parfois de faire comprendre à ses messieurs que vous n’êtes pas leur secrétaire 2.0…

Pour ma part, je me considère comme une collaboratrice, car je sais que ma plume peut apporter un gros bonus qualitatif sur le site du client. Certains webmasters éclairés comprennent très bien cette situation et traitent leurs rédacteurs avec respects, à auteur de leurs capacités financières…

Savoir écrire sur tout… mais pas n’importe comment

J’ai commencé ma carrière, et j’y vais tranquille, j’avoue. Chi va piano va sano e lontano, ou pour le dire en français, qui va loin ménage sa monture. Et aujourd’hui encore moins que d’habitude, je n’ai envie de vous baratiner…
C’est vrai que ce que j’aime vraiment dans l’écrit, c’est de faire des textes qui font plaisir à lire… sinon, je peux aussi bien brosser mon chat ou composer une mélodie à la guitare. C’est simple : rédiger un texte creux me met dans une humeur exécrable.

Ce que je fais passer dans mes textes, c’est toujours la volonté de transmettre une information, une astuce au lecteur. Je suis souvent précise, je déteste broder dans le vide… bref, autant de points positifs.

Je choisis mes clients, j’aime les contenus utiles, donc si vous me confiez un texte, essayez au moins qu’il ai un sens pour vous… et pas seulement un ROI…

Lire mes textes sur le web

Rédactrice depuis moins d’une année, je n’ai pas encore eu le temps d’inonder le web de ma prose enchanteresse. J’ai évité les plateformes qui payent à moins de 2 centimes le mot…

Et j’ai découvert Wriiters. J’y ai vendu deux articles sur le téléphone pliable, les bienfaits de noisetier et les batteries des téléphones pliables. L’exercice est difficile car sur cette plateforme, on ne sait pas qui va acheter l’article et sur quel site il va atterrir. Il s’agit donc de rédiger large et précis. Sur Wriiters, j’ai rédigé également sur la crypto-monnaie, les fonds de dotation et les régimes alimentaires.

J’ai eu l’occasion de rédiger sur des sujets divers comme prendre l’avion avec bébé, découvrir la Mangrove, acheter des fruits locaux ou surfer en Guadeloupe, ou encore comment améliorer son audition, etc. Mais je suis presque devenue spécialiste des banques en ligne, des timbres fiscaux mais également de la naturopathie, du burn-out, de la façon idéale de fendre son petit bois, du sport en salle ou des prémisses d’un projet de construction. Mais ce qui me fait plaisir, c’est que parfois, je peux parler de ma passion : le bricolage.

Actuellement en formation de praticienne en Hypnose, je compte prochainement proposer des articles de développement personnel. Une façon pour moi de renouer avec ma formation initiale, la psychologie et l’ethnologie.

Étrange amas de thèmes n’est-ce pas ? C’est le quotidien de nombreux rédacteurs et c’est aussi le choix de la curiosité. Et je vous passe volontairement les textes impossibles pour des sites qui n’ont ni queue ni tête, à des tarifs honteusement bas…

La plupart du temps, mes textes ne sont pas signés à mon nom. C’est le jeu de la rédaction web.

Et me suis tellement prise au jeu que j’ai aidé des amis à lancer leurs sites. Choisir le contenu du site, faire un plan de marketing, mettre en place des outils, travailler le référencement… Le thème ? La naturopathie et le jeûne. Et je me fait plaisir sur le contenu : mes clients sont exigeants sur l’authenticité et la technicité des propos mis en ligne. Un nouveau sujet d’expertise pour moi…

La suite ? Je propose que nous l’écrivions ensemble…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.